AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez|
MessageSujet: cracked glass ft. song ho joo Mer 3 Mai - 22:53
Hwang Kali



cracked glass





Ça avait commencé de manière innocente. Vraiment.
La journée de Kali avait été plutôt bonne pour cette deuxième moitié de semestre : peu de cours, des examens à surveiller, des élèves à voir, rien de bien exceptionnel pour le moment, évidemment. Depuis qu'il avait retrouvé Ji Hun et rencontré le beau HoJoo, sa vie était même encore plus agréable, sur le campus. Il passait pratiquement tout son temps libre au terrain de sport avec son ex petit ami, partageant repas et frustrations, avant qu'il ne revienne dans sa salle de classe pour enseigner à ses élèves.

Quant à Hojoo, les deux jeunes hommes passaient un tout petit peu moins de temps ensemble, bien que l'envie soit la. Kali était toujours effrayé à l'idée que le plus jeune soit craintif de lui, et n'avait aucune envie de lui attirer des ennuis avec ses autres collègues. Il faisait donc profil bas.
Il n'avait cependant pas arrêté l'idée de lui laisser des sucreries dans son casier à chaque fois qu'il en avait l'occasion, avec un petit mot, chaque jour.
Au bout d'un moment, il avait posé un petit mot avec son numéro de téléphone avec une boite de macaron, et le soir même, il avait reçu un message de son nouvel ami.

Puisqu'ils n'avaient pas forcément le temps de se voir pendant les journées de cours, Kali avait pris l'habitude d'accompagner aussi souvent qu'il le pouvait HoJoo dans ses promenades avec son adorable chien, Jackson.
La deuxième fois, le jeune homme avait décidé de prendre son appareil, maintenant qu'il pouvait prendre des photos de HoJoo sans avoir peur d'avoir l'air d'un stalker creepy, il trouvait que son ami faisait un mannequin PAR-FAIT.

Bref, la vie suivait son cours tranquille, lorsque l'incident vienne tout gâcher.

Pour une fois, Kali n'était pas directement impliqué. Et pourtant, c'est bien lui qu'on vint chercher, et qu'on traîna comme un criminel au conseil de discipline. Évidemment, il n'était que sensé y siéger, mais le jeune homme savait qu'il aurait aussi bien pu se trouver debout avec son protégé. Sur le banc de l'accusé.
« Nous sommes réunis aujourd'hui en urgence à cause du comportement de Monsieur Park ici présent. »
Park MinJun était l'un de ses élèves préférés, les plus assidus. Il lui faisait penser à lui à son age : devant contrôler un pouvoir qui le dépassait et pourtant désireux de faire ses preuves. Mais comme Kali à son âge, il était toujours regardé de travers, avec méfiance. C'était un enfant difficile, colérique, mais il n'y avait pas de secret, car quand les gens attendent simplement que tu fasses un faux pas, il nous arrive forcément de laisser tomber notre garde.

Le professeur de chimie, un homme au teint cireux et au costume cintré, se redressa. De toute évidence, l'accident avait eu lieu pendant son cours. Kali su immédiatement qu'il allait poser des problèmes.
Les lèvres pincés, il se mit à réciter ses accusations comme si il était devant un tribunal de grande instance. Peut être, finalement, que c'était le cas.
« Il se trouve qu'aujourd'hui, Park Min Jun a fait exploser pendant mon cours un bec benzène qui a blessé un élève à l'oeuil. L'acte était délibéré, et de toute évidence effectué afin d'infliger de la douleur aux autres élèves. »
« Ce n'est pas vrai !! » protesta le jeune homme. Mais bien évidemment, il savait. Il savait que le conseil avait déjà sa propre vision de l'affaire et savaient déjà comment est ce que ca allait bien pouvoir se finir.

Kali avait appris de ses propres erreurs. Ce qui ne l'empêcha pas de se lever pour défendre MinJun devant les autres professeurs, qui avaient déjà une idée bien arrêtée sur la chose.
« Min Jun est avec moi en cours de soutien. Son pouvoir est très incontrôlable, et il est tout à fait probable que ce qui s'est passé était hors de son contrôle. Vous ne pouvez pas le renvoyer pour ça ! »
Le professeur de chimie… Le professeur Kang, si Kali se souvenait bien, l'observa d'un œil condescendant.
« Excusez moi, cependant vous comprendrez que nous ne soyons pas très enchantés à l'idée de faire confiance au jugement d'un professeur ne sachant pas controler ses propres émotions. »

Le temps sembla s'arrêter alors que Kali réalisait ce qu'il venait de lui dire. Jusqu'ici, aucun de ses collègues ne lui avaient ouvertement tenu tête. Ca s'était toujours passé derrière son dos, car ils étaient hypocrites, comme ça.
Il avait beau avoir espéré voir quelqu'un lui dire les choses en face, il ne s'attendait pas à être humilié devant une pièce remplie de professeurs.
« Après tout, vous êtes connus pour avoir vous aussi attenté à la vie d'autrui, je ne pense pas que vous ayez eu une influence positive sur cet enfant. »

MinJun eut l'air tout aussi choqué que lui, bien plus scandalisé que lorsqu'on l'avait accusé d'avoir tenté de tuer quelqu'un.
« Le professeur Hwang m'a plus aidé que n'importe qui ici !! »
Le professeur Kang eut un rictus mauvais.
« Notre règlement est clair, toute tentative avérée de mise en danger de la vie d'autrui sera puni d'une peine d'exclusion. Vous aurez de la chance si les parents ne portent pas plainte contre vous. »
Kali fut sur le point de protester encore une fois, mais l'homme le coupa sèchement.
« Votre condition semble vous le faire oublier, mais nous élevons des adultes responsables, et non pas des monstres, dans cette école !! »

Le silence tomba immédiatement sur la salle. Kali voyait rouge. Il ne savait pas encore si c'était parce que les larmes commençaient à lui brûler les yeux. Il ne savait pas si c'était parce qu'il avait envie de casser le nez à cet homme.
Quelques secondes plus tard, des cris se mirent à retentir. Le bureau du professeur de chimie avait prit feu.
Tandis qu'ils étaient tous occupés à éteindre le début d'incendie, le jeune homme se précipita vers l'extérieur de la salle. Il s'en voudrait longtemps d'avoir laissé son élève en pature a ces vautours, mais il ne pouvait plus être dans cette pièce.

Titubant à l'extérieur du lycée, il essaya ses yeux d'un revers de sa manche. Un coup sur son nez, et il se rendit compte qu'il saignait. Derrière lui, les rumeurs des cris s'étaient calmés. Il aurait sûrement des problèmes. Mais c'était le cadet de ses soucis pour le moment.

Il fallait qu'il rentre chez lui.

_._._._

A 8h, le lendemain, Kali ne se présenta pas en cours, et une feuille de papier annonçait son absence, placardée devant sa porte de classe.

Min Jun était revenu, de nouvelles recherches ayant prouvé que le bec benzène n'avait pas été correctement réglé, provocant son explosion. Mais bien évidemment, le professeur Hwang n'était pas là pour le fêter comme il se doit.

Ou pouvait t'il bien être ?

rp || hwang kali, song ho joo




_________________

Hwang Kali
aku cinta kamu. It means I love you.
© Joy
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Probablement près de la machine à café
Pouvoir : Pyrokinésie
Avatar : ft. shin hyesung [Shinhwa]
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: cracked glass ft. song ho joo Lun 22 Mai - 23:28
Song Ho Joo



Cracked glass

Un large sourire au coin des lèvres, un bel homme traversait la cour menant à l'entrée de la Busan Heroes High, laissant son regard se perdre sur les élèves qu'il croisait. Le menton hâlé de l'ombre d'une barbe de quelques jours, il gardait ses mains enfoncées dans les poches d'une veste en cuir, l'allure plutôt décontractée. Gratifiant de temps en temps les visages qu'il croisait d'un clin d’œil rieur ou d'un signe amical de la main, il s'amusait gentiment de la gêne que pouvaient avoir certaines jeunes filles lorsqu'elles croisaient son regard.

Depuis son retour à Busan Heroes High en tant que professeur, Ho Joo se sentait particulièrement bien. Ses élèves semblaient l'apprécier et ne lui posaient pratiquement jamais le moindre problème durant ses cours, ses collègues étaient toujours courtois face à lui, et sa chère nièce lui faisait parfois le plaisir de venir lui rendre visite pour lui raconter comment se passait sa scolarisation dans ce nouvel établissement pour elle. Pour le moment, il avait encore un peu de mal à s'habituer au fait que cette jeune fille ne vive plus sous le même toit que lui - diable, il avait lui-même du mal à réaliser qu'il était à nouveau en colocation avec d'autres personnes -, mais il commençait doucement à prendre de nouveaux repères.
Finalement, il avait même déjà commencé à prendre de petites habitudes ici, notamment grâce à quelques amitiés nouvelles.

Avec ses colocataires, tout se passait bien. Ses contacts avec Cha Sun Mi se faisaient rares, la jeune femme n'ayant pas été présente bien souvent à l'appartement depuis son emménagement, et le professeur Park était vite devenu son partenaire de soirée préféré. Min Ki était simple, comme lui : il ne lui posait aucune question, croquait la vie à pleine dents et était toujours partant pour une petite virée nocturne dans les boîtes de nuit de la ville. Sans compter que leurs boules de poils respectives s'entendaient à merveille - fort heureusement, d'ailleurs.
Et pourtant, même s'il le côtoyait pratiquement tous les jours, Ho Joo n'était pas particulièrement proche de ce jeune homme, ayant plutôt développé un début d'amitié avec un autre de ses collègues, Kali.

En effet, depuis qu'il avait pris le soin de rassurer ce collègue qui avait failli le brûler vif en pardonnant sa petite perte de contrôle de son pouvoir lors de leur première rencontre, le jeune homme s'était surpris à vite s'attacher à ce collègue si gentil avec lui. Et si Kali et lui ne passaient pas forcément beaucoup de temps ensemble à la BHH, tous deux avaient vite pris l'habitude de se voir après les cours, durant la promenade de la soirée de Jackson.
Ho Joo devait avouer être ravi de pouvoir profiter de la compagnie de son ami de la sorte. Il était tout simplement impossible de ne pas garder le sourire en présence de quelqu'un d'aussi bon que Kali : passer du temps avec lui paraissait tout simplement naturel.

Montant tranquillement les marches menant à l'entrée du bâtiment de Heroes High, le professeur songeait justement à son collègue, se demandant si celui-ci lui réserverait la surprise de nouvelles sucreries dans son casier. La présence de ces petites offrandes était devenue une véritable habitude pour Ho Joo, qui ne prenait même plus la peine d'apporter quoi que ce soit à grignoter pour sa pause goûter.
C'est donc le plus naturellement du monde qu'il se dirigea tranquillement vers la salle des professeurs, la perspective d'une belle journée à venir étirant le sourire sur ses lèvres.

Lorsqu'il arriva là-bas, un peu en avance pour ne pas avoir à se presser pour le premier cours de la journée, Ho Joo fut surpris de croiser nombre de ses collègues, apparemment plongés dans une discussion bien animée. Sans même avoir à tendre l'oreille pour essayer de comprendre de quoi ils parlaient, le jeune homme savait que le sujet de leur conversation devait être épineux, au vu de l'ardeur de certains à gesticuler en tous sens pendant qu'ils en discutaient. Jetant un coup d’œil au groupe qui discutait, il se détourna vite de celui-ci pour aller ouvrir tranquillement son casier : il avait décidé de ne pas risquer de les interrompre et de plutôt rester de son côté, n'ayant pas vraiment envie de s'engager dans une conversation aux allures de prise de tête.
La porte du casier ouverte, il put voir que celui-ci ne contenait rien de plus que ses affaires : pas de pâtisseries aujourd'hui, il aurait semblé.

Une fine moue de déception traversant son visage, le jeune professeur se reprit bientôt en haussant les épaules, attrapant les affaires dont il aurait besoin pour son prochain cours alors qu'il entendit soudain quelqu'un le héler, quelque part dans son dos.

« Vous en pensez quoi vous, professeur Song ? »

Réalisant qu'on s'adressait à lui, l'intéressé referma son casier et rangea quelques feuilles dans son sac, avant de se tourner vers le collègue qui venait de s'adresser à lui, un air interrogateur sur le visage.

« Excusez-moi mais... de quoi parlez-vous ? »

Face à lui, le petit groupe de professeurs s'agita, apparemment choqué qu'il puisse poser une telle question, avant que le plus vieux d'entre eux ne prenne à nouveau la parole, les sourcils froncés.

« Du conseil de discipline d'hier et du comportement outrageux du professeur Hwang, vous avez bien dû en entendre parler, non ? »

Un froncement de sourcil fit son apparition sur le visage du professeur Song alors qu'il écoutait les mots de son vieux collègue : un conseil de discipline incluant Kali ?
Ne comprenant pas tout à fait de quoi son collègue pouvait bien lui parler, Ho Joo s'excusa auprès de lui, se gardant bien de préciser qu'il avait passé la soirée précédente à sortir malgré ses cours du lendemain - n'ayant pas été convié au conseil de discipline qui avait eu lieu. Pour être parfaitement sincère, le jeune professeur avait même totalement oublié qu'un tel événement était censé se tenir ce soir-là. Il se contenta donc plutôt de demander des précisions au groupe, curieux de savoir en quoi le professeur Hwang aurait bien pu faire preuve d'un « comportement outrageux ».

À peine eut-il le temps de poser la question qu'une vague de réponses se mit à fuser des lèvres de ses collègues, tous plus incisifs les uns que les autres à propos de son ami. Il était question d'un manque de respect de la part du professeur Hwang, de son incompétence à enseigner aux jeunes de cet établissement, ou encore du danger qu'il représentait ici.
En fait, il semblait que personne face à lui ne voulait voir Kali enseigner dans cet établissement, tant leurs critiques se faisaient virulentes. Ils parlaient d'un meurtrier, d'un incapable, de quelqu'un n'étant bon qu'à se faire licencier.

Et pour lui, cette personne n'était définitivement pas Kali.

Plus il en entendait, plus Ho Joo sentait ses poings se resserrer tandis qu'il tâchait de garder un visage avenant envers ses aînés. Mais le regard qu'il leur adressait trahit rapidement le fond de ses pensées. Il n'arrivait pas à croire que ces gens puissent cracher tant de leur venin de la sorte sur son ami et se surprit même à sentir ses muscles le démanger - chose extrêmement rare, pour quelqu'un de pacifique comme lui.
Mais lorsque le vieux professeur Kang commença à s'auto-féliciter en déclamant probablement être la raison de l'absence de Kali aujourd'hui, Ho Joo ne put retenir son énervement plus longtemps : dans la salle des professeurs, le bruit de son poing frappant contre le métal de son casier avec force résonna avec fracas.

Si lui-même fut surpris de son geste, ses collègues le furent d'autant plus, cessant soudain de parler, pour l'observer avec des regards emprunts de l'incompréhension la plus totale. Fronçant les sourcils, le jeune homme avança doucement vers eux, bouillonnant de colère. Comment ces gens pouvaient-ils se considérer comme de meilleurs enseignants que le professeur Hwang ? De quel droit jugeaient-ils valoir mieux que lui en invoquant une maladresse de son passé comme une raison pour un potentiel licenciement ?

Il n'allait certainement pas laisser passer ça.

~~~

Rangeant son portable dans sa poche après une énième tentative d'appel infructueuse, Ho Joo grimaça légèrement avant d'accélérer un peu plus son rythme de marche. D'un regard à sa montre, il put voir qu'il était maintenant huit heure et quart : il était officiellement absent pour la journée à présent.

Il n'aimait pas cette situation. Kali aurait pu lui répondre, au moins lui dire comment il se sentait plutôt que de laisser son téléphone sonner de la sorte, mais il n'en avait été rien. Il n'avait pu entendre que la voix du répondeur de son collègue s'adresser à lui, rien de plus. Rien de bien rassurant, en somme.
C'est pourquoi le jeune professeur venait de pousser la porte d'entrée de la résidence menant à l'appartement de son ami, le visage inquiet.

Dépassant rapidement le hall d'entrée, il se mit bientôt à gravir quatre à quatre les marches menant à l'étage de la colocation de Kali.
Il ne savait pas s'il allait trouver son ami chez lui, mais il avait décidé de parier là-dessus, après la discussion pour le moins animée qu'il avait pu avoir avec ses autres collègues quelques minutes plus tôt. Il n'arrivait toujours pas à croire ce qu'il avait pu les entendre dire dans la salle des professeurs, mais il imaginait qu'il allait probablement devenir le nouveau sujet de discussion de ceux-ci après ce qu'il s'était passé ce matin.
Il s'était peut-être un peu trop emporté dans sa défense de son ami.

Mais il se fichait bien du regard de quelques collègues à la langue de vipère : prendre la défense de Kali avait été plus fort que lui.

Sautant une dernière marche, il venait d'arriver à l'étage de l'appartement de celui-ci et déboula dans le couloir en hâte, s'arrêtant bientôt devant l'une des portes sur sa gauche. Posté devant celle-ci, il prit le temps de reprendre son souffle et faire apparaître un sourire sur ses lèvres,  avant de se mettre à toquer  contre son bois dur.

« Kali ? C'est moi, tu peux m'ouvrir ? »

Si son ami était bien chez lui, il avait bien l'intention de lui réchauffer le cœur avec un visage amical plutôt qu'un air inquiet et sitôt qu'il lui ouvrirait la porte, Ho Joo comptait bien le saluer en le prenant dans ses bras. Après ce qu'il avait entendu plus tôt, il imaginait qu'hier soir avait du être difficile pour lui : ce dont il avait le plus besoin pour le moment, c'était certainement de la présence d'un ami, et c'était quelque chose qu'il était en mesure de lui offrir.

Le jeune homme espérait simplement que Kali se trouve bel et bien chez lui.

RP || Song Ho Joo, Hwang Kali




_________________
Let's smile, shall we ?
Because life doesn't mean anything if you don't live it to spread laughters around you. © by anaëlle
Plz don't be sad.
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 12/03/2017
Age : 30
Localisation : Probablement pas au bon endroit
Pouvoir : Intangibilité
Avatar : Choi Siwon
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: cracked glass ft. song ho joo Dim 28 Mai - 17:29
Hwang Kali



cracked glass




En vérité, Kali avait REELLEMENT essayé de faire face et se lever, ce matin là. Jamais il n'avait voulu donner raison au vieux professeur aigri qui l'avait agressé verbalement. Et pourtant, quand à six heures du matin, il s'était réveillé brulant et en sueur après un énième cauchemar ou il finissait par mettre le feu à l'école et finissait par tuer toutes les personnes y travaillant, le jeune homme ne s'était pas senti l'ame si combattante. Au fond, qui voulait t'il convaincre, qu'il l'était, battant ? Après tout, il ne savait pas pourquoi il s'exposait à autant de haine et d’agressions à son égard, alors qu'une vie aisée et paisible l'attendait à l'extérieur de cette école. Avait t'il un quelconque amour pour la souffrance ? Certains auraient certainement pu le croire.

Alors, Kali avait notifié de son absence ce matin là. Il avait passé la matinée au fond de son lit, en réchauffant par intermittence du chocolat chaud ou du popcorn, devant une série télévisée à la guimauve qu'il ne regardait pas réellement.
A chaque fois qu'il fermait les yeux, des images et des paroles prononcées la veille lui revenaient, comme autant de gifles qu'il acceptait de se mettre. Parfois, plus lointaine, les paroles de son père et sa mère lui revenaient, et parfois, il jurait qu'il aurait pu les voir.

Alors il se réveillait à nouveau, glacé et pale.
Il envisagea très sérieusement tout abandonner. Il envisagea de donner ce qu'ils voulaient aux autres professeurs, et de quitter l'école. Après tout, personne ne poserait de question si il décidait de retourner à son ancienne vie.
Et puis, l'idée de quitter ses élèves et ses nouveaux amis le rappelait à l'ordre. Car évidemment, si 90 % de ses collègues le détestaient, ses élèves l'appréciaient réellement, ses cours marchaient bien, et il avait tout de même réussi à se faire des amis, aussi étonnant que ce soit.

Il y avait évidemment Ji Hun, son ex petit ami qu'il avait retrouvé quelques semaines auparavant, apprenant que celui ci était un prof de sport presque aussi peu apprécié que lui dans l'école. Ji Hun et lui avaient rapidement renoué une profonde amitié. Il avait d'ailleurs passé la nuit précédente avec lui, en essayant de le convaincre de se rebeller contre l’oppresseur à grand renforts de soju.
Il y avait depuis plus récemment une personne qui ne cessait de surprendre le jeune homme. Après avoir pardonné l'accident qui les avaient amené à se rencontrer en premier lieu, Ho Joo avait montré son intention de connaître un peu mieux l'indonésien, qui s'était rapidement ouvert à lui, se sentant immédiatement en sécurité en sa compagnie.
Ces derniers temps, ils avaient communiqué tous les jours, principalement le soir, en sortant le petit Jackson, ce qui était devenu un rituel.

Au fond de lui, le jeune homme savait qu'Ho Joo s’inquiéterait forcément de ne pas le voir au point de rendez vous ce soir là. Et pendant quelques secondes, l'envie de le rejoindre quand même lui effleura l'esprit. La honte et la douleur finirent par prendre le dessus. Forcément, il savait que le plus jeune aurait eu vent de l'incident qui l'avait mit dans cette situation en premier lieu, et le jeune homme n'avait pas la force de supporter le regard d'Ho Joo, qui malheureusement comptait beaucoup pour lui, encore plus maintenant qu'il le connaissait personnellement très bien.

Il aurait été loin de se douter que sa disparition serait aussi vite remarquée, cependant.

Il avait encore sombré dans un sommeil légèrement agité, quand soudainement, un bruit sourd le fit sursauter.
Il se passa encore quelques secondes avant qu'il se rende compte qu'il ne rêvait pas et que quelqu'un frappait réellement à la porte.

Quand la voix d'HoJoo se fit entendre, il manqua de pousser un petit cri et de renverser le contenu entier de la bouteille d'eau qu'il avait posé sur la table de nuit, près de lui.
« Kali ? C'est moi, tu peux m'ouvrir ? »
Oh non, voilà que son pire cauchemar était entrain de se réaliser. Son prince charmant se trouvait à l'extérieur de sa chambre, alors qu'il n'était ni en état, ni en humeur de le recevoir. Se levant et trébuchant jusqu'à trouver son hoodie jaune poussin pour l'enfoncer sur ta tête, il hésita réellement à ne pas ouvrir la porte, et à rester extrêmement silencieux jusqu'à ce qu'il reparte.
Mais il savait aussi qu'il y avait forcément une raison pour laquelle il était venu le chercher jusqu’ici, et il n'avait envie d'inquiéter personne, même le peu de personne qui tenait à lui dans cette école.

Il se mordit la lèvre, et décida finalement de se faufiler jusqu'à la porte de son appartement, la déverrouillant lentement pour glisser un œil à l'extérieur.
Évidemment, Ho Joo était toujours aussi fringant, même avec un look d'hypster un peu rebelle mal rasé. Il était magnifique, et le simple fait de l'avoir derrière sa porte le rendait à la fois très heureux, et très mal, car il savait qu'il ne devait pas forcément payer de mine, avec son hoodie jaune poussin, son pantalon de flanelle, ses pieds nus et ses cheveux lui tombant dans les yeux.

« Hey...hmm.. »
Il hésita, et décida finalement d'ouvrir sa porte en plus grand. Heureusement l'appartement n'avait pas gardé de trace de son horrible nuit et journée. Mais il était plongé dans le noir, comme si le jeune homme évitait avec un soin méticuleux la douce lumière du soleil en cette magnifique journée de mai.
« Entres... »
Il ferma la porte derrière eux, et ils furent quelques secondes dans le noir avant que le jeune homme se glisse dans la pièce pour ouvrir les rideaux et laisser la lumière filtrer dans la pièce.

L'endroit était le même que l'appartement standard que les professeurs partageaient tous. Etant donné que personne ne semblait avoir éprouvé l'envie de vivre avec lui, l'une des deux chambres lui servait aujourd'hui de bureau.
Le salon était décoré avec goût, dans des couleurs chaudes et nuances de beige. Son canapé semblait particulièrement moelleux, devant la télé qui tournait encore en fond.
Sa cuisine était impeccable, et la seule chose pouvant prouver qu'elle avait servit était le morceau de cake posé sur comptoir et les boites de nourriture livrée la veille.

Des carnets d'appréciation étaient posées sur la table, au milieu des restes de lettres de plainte venant de professeurs soigneusement déchirés.
Évidemment, la nouvelle de l'incident avait rapidement fait le tour de l'établissement, et bien des professeurs lui demandaient gentiment de proposer sa démission, avant de se ridiculiser d'avantage.
Posée sur un coin de la table, une photographie élimée trônait, représentant ses parents tenant dans leurs bras une version de lui vieille de quelques mois seulement.

« Je peux....t'offrir une tasse de café ? Ou un thé ? Ou une boisson fraiche ? »

Il se précipita dans la cuisine, lui faisant signe de s'asseoir sur le canapé. Mais dans sa précipitation et son envie de combler la conversation, il laissa tomber le verre qu'il avait attrapé, qui se brisa en mille morceaux.
« Oh non...Aie !! »
En essayant de rattraper le verre, il sentit un morceau de verre lui lacéré l'intérieur de la paume.
Il glissa immédiatement sa main sous l'eau. Mais le mal était fait.
Sans prévenir, il craqua, et sentit les larmes monter derrière ses paupières. Clignant précipitamment les yeux, il inspira profondément et renifla.

rp || hwang kali, song ho joo




_________________

Hwang Kali
aku cinta kamu. It means I love you.
© Joy
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 16/03/2017
Localisation : Probablement près de la machine à café
Pouvoir : Pyrokinésie
Avatar : ft. shin hyesung [Shinhwa]
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: cracked glass ft. song ho joo Ven 11 Aoû - 12:00
Song Ho Joo



Cracked glass



Devant la simple porte en bois qui lui faisait face, Ho Joo s'impatientait.

Le jeune professeur ne pouvait s'empêcher de réfléchir à tous les scénarios possibles et imaginables concernant son ami, tous plus dramatiques les uns que les autres. S'il en croyait ce que ses autres collègues lui avaient dit plus tôt, la soirée précédente avait du être particulièrement difficile pour Kali et il n'osait croire que celui-ci n'avait pas été touché par la méchanceté de ses compères.
C'était à n'y rien comprendre : ils étaient tous du même camp, alors pourquoi s'étaient-ils tous alliés contre quelqu'un d'aussi adorable et gentil que son ami alors que celui-ci était probablement la plus belle rencontre qu'il eut été donné à Ho Joo de faire depuis des années ?

Pendant un instant, au vu du manque de réaction dans l'appartement de son collègue, il envisagea très sérieusement d'essayer de traverser la porte pour aller voir de lui-même si celui-ci pouvait bien se trouver chez lui. Mais avant qu'il ne se décide à le faire toutefois, des bruits étouffés se firent entendre de l'autre côté de la porte, provoquant instantanément une immense vague de soulagement au creux de sa poitrine : Kali était bien là, il était chez lui.
Pas disparu Dieu savait où dans Busan, bien vivant et visiblement en train de lentement venir l'accueillir, s'il en croyait les bruits de pas qui se rapprochaient petit à petit.

Alors que le jeune homme soupirait doucement de soulagement, la poignée devant lui se mit à bouger de l'intérieur, laissant bientôt apparaître le visage de son ami dans l'embrasure de la porte.
Du peu de ce que le professeur Song pouvait distinguer, son collègue n'était - sans grande surprise - pas au meilleur de sa forme. La nuit semblait avoir été longue pour lui et la mine qu'il lui offrait était bien loin de ses habituels sourires chaleureux et apaisants, son aura sereine ayant apparemment disparu quelque part dans les méandres de son appartement.

« Hey... hmm... »

Alors que Kali ouvrit doucement la porte pour en dévoiler un peu plus derrière lui, son ami ne put s'empêcher de détailler un instant sa tenue, composée d'un large pull jaune et d'un pantalon à flanelle. Elle n'était certainement pas ce que Ho Joo avait pu voir de plus seyant sur son collègue, mais pour autant il n'y accorda pas la moindre importance.
Ce qui dérangeait plus le jeune homme, c'était de voir que visiblement le professeur Hwang avait passé sa matinée dans le noir le plus total, s'il en croyait l'obscurité régnant dans la pièce. Quelque chose qui lui fit de la peine au point d'oublier de donner à son collègue le câlin qu'il s'était promis de lui faire sitôt qu'il le verrait.

« Entre... »

Hochant la tête, Ho Joo n'osa pas rompre le silence en répondant oralement à l'invitation de son ami, se contentant de le remercier du regard avant de le suivre à l'intérieur de l'appartement. Lorsqu'il passa le pas de la porte, l'invité s'appliqua à retirer doucement ses chaussures dans le noir, pendant qu'il entendait son collègue se diriger vers l'autre côté de la pièce. Arrivé à sa deuxième chaussure, un premier rayon de lumière vint chasser l'obscurité de son apparition soudaine, tandis que Kali ouvrait les rideaux cachant ses fenêtres, les uns après les autres.
Maintenant capable de voir un peu plus loin que le seul bout de son nez, le professeur Song se releva doucement tout en jetant un regard furtif à la pièce qui s'ouvrait maintenant à lui.

Étrangement, l'appartement de son collègue était bien moins rangé qu'il ne l'aurait imaginé. Au milieu de la pièce principale dans laquelle ils se trouvaient, la table centrale était parsemée de divers morceaux de papiers ressemblant à des lettres déchirées, ainsi que de ce que Ho Joo reconnaissait comme étant des carnets d'appréciation. Plus loin, la cuisine qui s'offrait au loin voyait son comptoir plutôt chargé, un morceau de cake ainsi que plusieurs boîtes de livraison y ayant élu domicile.
On était bien loin de ce qu'il imaginait comme espace de vie pour son collègue, il fallait se l'avouer : comment Kali pouvait-il bien se sentir pour avoir laissé son appartement dans cet état ?

Alors qu'il réfléchissait à cette question toutefois, Ho Joo fut bientôt tiré de ses pensées lorsque son ami avança vers lui, brisant bientôt le court silence qui s'était installé d'une voix peu assurée.

« Je peux... t'offrir une tasse de café ? Ou un thé ? Ou une boisson fraîche ? »

« C'est bon, en fait je- »

À peine le professeur Song avait-il eu le temps de commencer à répondre à son ami que celui-ci s'était directement détourné de lui, probablement trop pressé de se comporter comme une hôte exemplaire.
Kali avait l'air particulièrement pressé, aussi son invité n'osa pas le retenir et l'observa se diriger promptement vers sa cuisine, non sans se gratter l'arrière de la tête, inquiet. Ho Joo n'avait jamais vu son collègue aussi nerveux et pour être honnête, cela lui faisait un peu peur. En situation de détresse, il était bien plus apte à s'occuper d'une enfant en pleine crise de larmes que d'un homme adulte - et pourtant il se trouvait bien incapable déjà avec sa nièce lorsque celle-ci avait le moindre problème.

Lorsque son collègue arriva dans la cuisine, le jeune homme observa donc simplement celui-ci prendre un verre avec précipitation, dans un mouvement qui envoya bientôt celui-ci exploser sur le sol de la cuisine. Voyant la détresse dans les gestes de son ami qui ne semblait absolument pas faire attention en essayant de ramasser les morceaux éparses, Ho Joo n'attendit pas un instant de plus pour commencer à esquisser un mouvement vers l'avant lorsqu'il entendit ce qu'il redoutait arriver.

« Oh non... Aïe !! »

Cela ne faisait aucun doute : Kali venait de se couper avec les morceaux de verre en voulant trop faire.
Sans attendre la moindre invitation de la part de son ami à venir le rejoindre, Ho Joo se précipita à la suite de Kali dans la cuisine, veillant à ne pas marcher sur les morceaux coupants qui traînaient encore au sol. Devant lui, il avait vu Kali lui tourner le dos pour marcher jusqu'à son lavabo, en ouvrant bientôt le robinet pour placer sa main certainement blessée en-dessous de son jet apaisant d'eau froide.

Il ne fallut pas longtemps au jeune homme pour rejoindre son collègue et lorsqu'il jeta un coup d’œil par-dessus l'épaule de celui-ci, il put voir une certaine quantité de sang s'échapper de sa plaie. C'est là qu'il cru entendre un reniflement.
Inquiet, Ho Joo posa alors doucement une main sur l'épaule de Kali, s'adressant à lui avec bienveillance.

« Laisse-moi voir ça. »

Lentement, il laissa son collègue se tourner vers lui et avança l'une de ses mains pour attraper soigneusement celle blessée de Kali, pour en observer l'étendue des dégâts. Les coupures ne semblaient pas trop profondes, mais son ami avait tout de même réussi à se faire plusieurs belles entailles. À l’œil nu, il ne semblait pas y avoir de résidus de verre coincés sous la peau, mais Ho Joo préférait ne pas trop s'avancer avant d'avoir examiné le tout dans un endroit plus éclairé.
Levant les yeux vers son collègue, il hocha doucement la tête de gauche à droite, lui adressant un regard désolé.

« Aïe, tu t'es pas raté... » Il lui pointa ensuite du doigt le canapé du salon, posant sa deuxième main dans le dos de son collègue lorsqu'il reprit. « Viens là, va t'asseoir. »

Lentement, il guida ensuite le blessé jusqu'à l'endroit indiqué, veillant bien à ce que celui-ci ne marche pas par mégarde sur l'un des morceaux de verre jonchant encore le sol. Lui-même ne faisait pas tant attention à là où il pouvait mettre les pieds mais heureusement, il ne sentit rien le couper.

Une fois tous deux arrivés au niveau du canapé, Ho Joo aida son collègue à s'asseoir avant de lui-même se redresser, les sourcils froncés. Rapidement, le jeune homme réfléchissait. Il était bien beau d'avoir passé les plaies sous l'eau, mais cela n'allait certainement pas aider celles-ci à cicatriser ou se soigner : il fallait qu'ils s'occupent de la désinfecter et de la recouvrir maintenant.
Il ne lui fallut pas longtemps pour deviner quel serait le meilleur endroit pour trouver le matériel adéquat pour traiter la blessure de son ami, partageant d'ailleurs sa réflexion avec celui-ci comme si elle avait été la plus grande découverte depuis l'invention du papier.

« J'imagine que tu dois avoir une trousse de secours dans ta salle de bain. Bouge pas d'ici, je reviens. »

Sans laisser à Kali le loisir de lui répondre quoi que ce soit, le professeur Song se précipita ensuite vers la porte la plus proche, devinant que celle-ci devait être celle qu'il cherchait. Si tous les appartements de la résidences étaient conçus de la même manière, il allait certainement trouver la salle de bain en un claquement de doigt. Une théorie qui se vérifia d'elle-même puisqu'il se vit immédiatement pénétrer à l'intérieur de la pièce recherchée, traversant même la porte de celle-ci sans prendre la peine de l'ouvrir - dans sa hâte, il fallait croire que son pouvoir avait décidé de se manifester.

Après quelques secondes à fouiller la petite pièce à la recherche d'une trousse de toilette, Ho Joo finit par trouver le nécessaire pour s'occuper des plaies de son ami : des cotons, du désinfectant, ainsi que de quoi faire un bandage pour la main de Kali. Ravi d'avoir trouvé ce qu'il cherchait aussi rapidement, il éleva la voix à l'adresse de son ami pour informer celui-ci de sa découverte alors qu'il rassemblait ce dont il avait besoin d'un geste rapide.

« C'est bon, j'ai trouvé ce qu'il faut ! J'arrive ! »

Le visage souriant et les mains chargées de tout cela, il sortit alors de la salle de bain pour retourner dans le salon où son collègue l'attendait.


RP || Song Ho Joo, Hwang Kali




_________________
Let's smile, shall we ?
Because life doesn't mean anything if you don't live it to spread laughters around you. © by anaëlle
Plz don't be sad.
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 12/03/2017
Age : 30
Localisation : Probablement pas au bon endroit
Pouvoir : Intangibilité
Avatar : Choi Siwon
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: cracked glass ft. song ho joo
Contenu sponsorisé
cracked glass ft. song ho joo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Bleuz'aïe de Golbuth, Briz' glass!
» « The parting glass. » (08.01.11 - 10h48)
» 04. Love you like a love song, baby...
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]
» Attaquant fragile / Glass Cannon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BUSAN HEROES HIGH :: BUSAN :: Quartiers :: Autres résidences-
Sauter vers: